You are my destiny (Le viol de Lucrèce)

Angélica Liddell

Texte original en espagnol traduit par Christilla Vasserot

You are my destiny (Le viol de Lucrèce)

Ces titres sont désormais disponibles dans : Écrits : 2003-2014

 

Le Cycle des résurrections :

 

Épître de saint Paul aux Corinthiens

suivi de

You are my destiny (Le viol de Lucrèce)

Tandy

et du journal 

La Fiancée du fossoyeur


J’avais besoin de détruire la joie, tout le temps, pour pouvoir contempler quelque chose de sublime, même au prix de ma tranquillité. Et pour cela, il me fallait le blesser sans arrêt. Le blesser sans arrêt. Car ce n’est que blessé que je le supportais. Car ce n’est que blessé que je l’aimais. À quoi bon vouloir le calme ? Très peu pour moi. Je préfère être un oreiller de braises, son oreiller de braises.


Trois pièces et un journal : deux formes d’écriture qui sans cesse coïncident dans le temps et dans les mots. Le Cycle des résurrections et La Fiancée du fossoyeur tiennent tout à la fois de la confession intime et de la chronique poétique.

 

Première en France au TNB à Rennes le 13 novembre 2014 dans le cadre du Festival Mettre en scène, reprise le 3 décembre 2014 à l'Odéon-Théâtre de l'europe à Paris. 

 

You Are My Destiny

Mise en scène de l'auteur

Voir les dates de tournée

Voir la presse du spectacle

Extrait

 

Tandy

Mise en scène de l'auteur

Voir les dates de tournée

Voir la presse du spectacle

 

Primera Carta de San Pablo a los Corintios

(Épître de saint Paul aux Corinthiens)

Mise en scène de l'auteur

Voir les dates de tournée

Voir la presse du spectacle

Extrait

 

 

 

La critique :

 

Angélica Liddell, l’amour et les hommes, waouh !

Avant toute autre chose, comment ne pas dire que le nouveau spectacle d’Angélica Liddell, « You Are My Destiny », sous-titré « Lo Stupro di Lucrezia » ("Le Viol de Lucrèce", son titre primitif), est, de bout en bout, traversé par l’amour ?Que la douceur, tôt ou tard,..

Jean-Pierre Thibaudat - Rue89, 02 décembre 2014

 

Le nouveau livre d’Angélica Liddell à lire au bout de l’amour

Le livre Angélica Liddell a une telle puissance que chaque page nous pousse plus loin en avant. La position de lecteur, dans la hiérarchie de l’esprit, nous met un ton au-dessus ce qui est impossible sur un théâtre : d’être des elfes volants buvants des seaux de feu.

Dashiell Donello - Les dits du théâtre / Médiapart, 14 décembre 2014

 

Chaque phrase, chaque ligne, chaque sillage de cette écriture forment en soi une pierre effeuillée, comme les pétales d’une rose malade sur laquelle la narratrice va fonder une sorte de mouvement d’introspection pour essayer d’exprimer une sensibilité, ou davantage ses excès dans une sorte de travers apocalyptique. Par là, elle exprime les torsions d’un être qui essaye de recomposer son intériorité fragmentée et caractérisée par un spleen clinique.

Raphaël Baptiste - L'Alchimie du Verbe, 19 novembre 2015


En 2009, l’Espagnole Angélica Liddell créait avec sa compagnie Atra Bilis La Maison de la force où six femmes disaient leur douleur, abordaient la violence des relations à l’autre quand cet autre est un homme. Au centre de la pièce, le monologue enragé d’Angélica Liddell évoquait un voyage à Venise, une ville devenue pour elle épicentre de la cruauté intime et collective. Cinq ans plus tard, Liddell retrouve une Venise plus lumineuse, pour y camper son spectacle You are my destiny (Lo stupro di Lucrezia) (You are my destiny (Le viol de Lucrèce)), sorte d’envers rédempteur de La Maison de la force, selon ses propres mots.

 

 

 

 

 

 

 

15,00 € TTC

Cet article est indisponible

  • ISBN : 978-2-84681-435-5
  • Date de parution : 03-12-2014
  • Nombre de pages : 192 pages
  • Collection : Bleue