Une côte sur la table (Una costilla sobre la mesa)

Angélica Liddell

Texte original en espagnol traduit par Christilla Vasserot

Une côte sur la table (Una costilla sobre la mesa)

Ce livre contient tous les livres, il s’écrit au-dedans et au-dehors, telle une prophétie. C’est le livre des vaincus, des hommes seuls, c’est le livre de tous les morts, de tous les malades et de tous les hélas, hélas de la vie, hélas de l’amour, hélas de la folie, hélas de la mort, une longue plainte qui nous mène à la quête de nouvelles entrailles, entrailles père, entrailles mère, entrailles bien-aimé. Ce n’est pas qu’un requiem, c’est une déflagration de la culpabilité et un besoin d’expiation à travers la beauté. C’est la conscience et l’inconscient qui s’affrontent dans le magma de la folie. L’obscure mémoire de la démence, le voilà le sacré. Le stigmate secret des aliénés réaffirme la persistance de la tragédie, la prédilection de la nature humaine pour la fureur et la rage, le besoin des dieux et de leur colère. Des cercles mystérieux, inextinguibles, dont aucun asile ne viendra à bout, aussi longtemps que la société, l’ordre et les laisses existeront. Prohibition et désobéissance sont liées, nous sommes excommuniés par la société, mis au ban du respect, et sous notre désordre lunatique coule le fleuve de l’angoisse. Nous sommes frénétiques. Nous invoquons la Déraison et nous signons au cœur du bestiaire.

 

Je viens de brûler mes parents, un corps puis l’autre à trois mois d’écart. Je ne veux pas me souvenir d’eux vivants. Je veux être accompagnée par leurs corps sans vie, leurs visages comme sculptés dans le marbre tels des masques du Non-sens et de la Déraison, leur repos enfin, ce mystère glaciaire, et l’immense douleur que j’ai ressentie en touchant la chair déjà froide. Je veux conserver l’image de leurs cadavres comme un médaillon en or dans ma mémoire, pour qu’elle me fasse pleurer toujours et ainsi avoir toujours à l’intérieur de moi l’image manquante, l’irreprésentable : l’image qui nous manquera toujours. Chaque jour je m’efforce d’oublier leurs vies, qui sont la mienne, je ne veux avoir d’autre souvenir que leurs morts, leurs morts qui ont ramené à moi le géant de la pitié. À ma droite mon père mort, à ma gauche ma mère morte. L’amour tout en haut, sphérique et doré. Je t’aime, mon père. Ma mère, je t’aime.

Angélica Liddell

 

 


 

Ce texte a inspiré et nourri plusieurs spectacles d’Angélica Liddell, dont elle est l’auteure, metteuse en scène, scénographe, costumière et interprète :

  • The Scarlet letter a été joué au théâtre de la Colline à Paris du 10 au 26 janvier 2019
  • Una costilla sobre la mesa : Madre sera créé au Théâtre Vidy à Lausanne du 27 mars au 06 avril 2019

 

Licenciée en psychologie et en art dramatique, Angélica Liddell est à la fois auteure, metteuse en scène et interprète de ses créations. Avec ses mots, d’une poésie crue et violente, elle dit la souffrance intime et collective, l’un et l’autre étant indissociables chez elle ; en écrivant sa douleur intime, elle écrit celle des autres.

Ses textes traduits en français sont publiés aux Solitaires Intempestifs.

 

 

Création de Una costilla sobre la mesa : Madre dans la mise en scène de l’auteure du 27 mars au 06 avril 2019 au Théâtre Vidy à Lausanne.

17,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-573-4
  • Date de parution : 14-03-2019
  • Nombre de pages : 272 pages
  • Collection : Fiction