« Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme » : un projet d’alphabétisation

Angélica Liddell

Texte original en espagnol traduit par Christilla Vasserot

« Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme » : un projet d’alphabétisation

Ce titre est désormais disponible dans : Écrits : 2003-2014

 

A comme Argent‚ B comme Bande‚ C comme Comédie (Comédie-Française)‚ D comme Douleur‚ E comme Enfant‚ F comme France‚ G comme Graisse‚ H comme Haine‚ I comme Idéologie‚ J comme Juillet (14 Juillet)‚ K comme Karaoké‚ L comme Loup‚ M comme Méfiance‚ N comme Naître‚ O comme Ombre‚ P comme Piano‚ Q comme Question‚ R comme Rage‚ S comme Société‚ T comme Table‚ U comme Utopie‚ V comme Vie‚ W comme Wittgenstein‚ XY comme chromosomes (femme et homme)‚ Z comme Zidane

 

La critique : 

 

Porque te vas ? ou le regard d’Ana

En 2011, Maldito sea el hombra que confia en el hombre : un projet d’alphabétisation, après le choc que représenta La casa de la fuerza, bouleversa à son tour le festival d’Avignon, spectacle de plus de trois heures, avec ses petites filles en robe dorée arpentant le théâtre du monde dans un décor d’arbres en carton et d’animaux empaillés. D’une certaine façon, Liddell revient au commencement de tout : premier volet de la trilogie chinoise et surtout chant rageur de l’enfance perdue, bafouée, dont l’hymne ne serait autre que la très célèbre chanson du film de Carlos Saura, en version française, chanté par Jeanette...

Marie du Crest - La Cause Littéraire, 26 novembre 2013

 

Présentation d'Angélica Liddell par Marie du Crest, pour La Clé des langues ENS Lyon.

11,00 € TTC

Cet article est indisponible

  • ISBN : 978-2-84681-330-3
  • Date de parution : 03-07-2011
  • Nombre de pages : 64 pages
  • Collection : Bleue