Perdre son sac (suivi de) Christine (et de) Nos parents

Pascal Rambert

Perdre son sac (suivi de) Christine (et de) Nos parents

je ferme ma bouche je suis un pot j’avais la bouche ouverte pour recevoir la vie j’ai reçu des gifles et des phrases mal construites des phrases dégoûtantes des phrases si mal faites des phrases explosées sans sens détruites par la distraction devant la laideur je vais tomber au sol par distraction attention on ne fait plus gaffe on s’enfonce attention

 

Perdre son sac : Une jeune femme, s’adresse aux passants pour dire sa solitude, sa colère, la perte de son amoureuse, son incompréhension face à un monde que certains estiment divisé entre « les gens qui réussissent » et « les gens qui ne sont rien ».

 

Christine : Pascal Rambert a écrit ce texte en pensant aux acteurs et aux actrices qui attendent dans leur loge et entendent les grandes émotions, alors que eux entrent en scène, disent trois mots, et sortent. Tous ces personnages qui sont comme ces personnes que la vie réelle ne regarde pas. Et qui, en silence, se préparent à tout renverser.

 

Nos parents : Quinze jeunes actrices et acteurs parlent de leur jeunesse, de leurs parents, du passage à une vie d’adulte, à un âge où l’enfance n’est pas encore trop lointaine. Une fiction montée/démontée à partir de récits écrits par les protagonistes.

 

Né en 1962, Pascal Rambert a publié une trentaine de pièces depuis 1988. Metteur en scène et chorégraphe éloigné de tout procédé narratif, Pascal Rambert cherche à comprendre le réel. Il tente de lui donner voix et corps, en renouvelant les moyens et les formes de la communauté temporaire qu’est un spectacle. Renonçant aux modes habituels de l'écriture, aux stéréotypes de la fable ou de la mise en scène, il conçoit des spectacles, entre performances et installations, attentif aux "transformations de réalité". Profondément imprégné par l’art et la philosophie contemporains, ses œuvres sont des propositions "blanches" ou le spectateur est invité à "écrire " à l'intérieur.

Tous ses textes sont publiés aux Solitaires Intempestifs.

 

En scène :

Perdre son sac : Création à la Comédie de Genève du 30 août au 07 septembre 2019, dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève, dans une mise en scène de Denis Maillefer.

 

Nos parents : Création à la Comédie de Genève les 14 et 15 septembre 2019, dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève, dans une mise en scène de Pascal Rambert.

 

ChristineCréation à la Comédie de Genève le 11 septembre 2018, dans le cadre du spectacle Julie’s Party, dans une mise en scène de l’auteur.

 

La critique : 

 

L’auteur et metteur en scène à succès publie aux Solitaires Intempestifs un nouveau recueil. Trois pièces créées à la Comédie de Genève qui permettront de poursuivre la découverte de cette écriture atypique.

Perdre son sac et Christine sont deux monologues qui s’imposent par rapport à une dernière pièce plus formelle, où l’écriture pour une promotion d’école nationale se fait sentir. Perdre son sac est la parole ininterrompue d’une jeune femme, laveuse de vitrine, qui hurle sa solitude aux passant.es d’une rue, s’époumone à dénoncer la violence d’un monde de castes...

Sspalesite 75 - sspalesite.fr, 25 octobre 2019

 

Ces trois pièces ont été écrites en collaboration avec La Comédie de Genève. Ce sont trois travaux abordant la thématique des relations humaines, le rejet ou l’affection qu’on y trouve. Je commence à comprendre que cette thématique est très chère à Pascal Rambert.

Adrien Meignan : Blog/Des Mots sur l'éphémère mouvement, 08 octobre 2019

 

14,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-589-5
  • Date de parution : 21-08-2019
  • Nombre de pages : 96 pages
  • Collection : Bleue