Le Kung-fu

Dieudonné Niangouna

Le Kung-fu

Je voulais que la parole soit du sang qui détermine le conduit des veines.

Je voulais que la parole puisse établir le lien entre l’esprit, l’imagination, et l’acte.

Que la parole soit la seule chose qui ne se déteint pas à l’ombre des saisons ou à la lumière des équinoxes. 

Que la parole reste une promesse

Et qui jamais ne se retire.

Quelque chose d’infranchissable.

Un bouillon sauvage de sens,

Pour qu’il n’y en ai pas un, de sens 

Mais que la parole soit le bouillon, simplement le bouillon des essences.

Voilà pourquoi suis venu au théâtre. 

 

« Des films. Et il y avait de tout. Absolument tout. Papa était un homme complet. Achevé. Un grand amateur de kung-fu. Il me disait : « Adé, toi, je t’enverrai en Chine pour aller apprendre le kung-fu au temple Shaolin. Et à ton retour, au Congo, après que tu auras rapporté tes cinq dan de kung-fu et une ceinture noire, je te produirai, moi ton père, au cinéma. On fera des films de kung-fu, ici au Congo. » Mais mon père est mort. Et je n’ai jamais été en Chine. Je n’ai pas appris le kung-fu. Je n’ai jamais joué dans un film. Je suis devenu comédien, et je joue au théâtre. C’est ça mon kung-fu. C’est ça mon cinoche. Le théâtre. Oui c’est là que je fais mon kung-fu ».

D. Niangouna

 

Le Kung Fu a été créé aux Laboratoires d'Aubervilliers suite à sa résidence de création aux Laboratoires. Le kung Fu a reçu le soutien de la Région Île-de-France dans le cadre du programme régional de résidences d'écrivains.

 

Voir les dates de tournée

 

 

La critique :

 

Dieudonné Niangouna est un habitué des manifestes poétiques. Si dans un texte paru en 2013, Acteur de l’écriture, il questionnait avec urgence les mots, la nature même du théâtre et son rapport aux institutions tout en revenant à ses origines, son dernier texte, Le Kung-Fu ne repose plus sur des remises en question de l’artiste mais tend à s’affirmer en tant qu’auteur et comédien...

Camille Hazard - Un Fauteuil pour l'Orchestre, 20 novembre 2014

 

Dieudonné Niangouna est auteur, comédien et metteur en scène. Il est né en 1976, à Brazzaville (République du Congo), où il a fait des études d’arts plastiques à l’École nationale des Beaux-Arts, puis se tourne vers le théâtre. Il commence sa carrière au Congo, où il crée la compagnie Les Bruits de la rue, avant de connaître un succès international. Ses textes mélangent langue classique, populaire et poétique, pour former un langage explosif, « une langue vivante pour les vivants ». Il se fait l’écho de la réalité congolaise telle qu’il l’a vécue, des ravages causés par des années de guerre civile et des séquelles laissées par la colonisation française.

Il est l’un des cofondateurs du festival international Mantsina sur scène, à Brazzaville, dédié au théâtre contemporain, dont il est le directeur artistique. En 2013, il est artiste associé au Festival d’Avignon.


 

10,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-430-0
  • Date de parution : 24-09-2014
  • Nombre de pages : 64 pages
  • Collection : Bleue
  • Personnage(s) masculin(s) : 1