Ces années Castellucci

Romeo Castellucci, Jean-Louis Perrier

Ces années Castellucci

Les pages de ce livre donnent forme à tout ce que, au cours des ans, j’ai cherché à oublier. Seule la capacité de vision d’un spectateur combattant comme Jean-Louis Perrier pouvait témoigner de ces pans du passé, pas moi. C’est stupéfiant de relire ces témoignages et de voir combien la quantité était un des éléments prédominants, là où mon travail m’a toujours semblé tendre vers un espace sans contenu, un lieu de révélation, un renoncement au discours. J’ai toujours eu le soupçon que le théâtre était pour moi un travail sur le présent exprimé dans le langage du présage. L’auteur de ce recueil, au contraire, a voulu fixer les propos émis, a voulu relire mon travail à travers les pans du passé qu’il a connus comme critique et spectateur. Cependant, Jean-Louis Perrier ne s’est pas limité seulement à cela parce qu’il a voulu, de temps à autre, me faire parler. La richesse de son analyse m’aidera à prendre un recul supplémentaire, désormais, avec ce qui a été fait.

Romeo Castellucci

 

Roméo Castellucci, est le grand invité du festival d’automne à Paris 2014, avec trois mises en scène : Go down, Moses au Théâtre de la Ville à Paris du 4 au 11 novembre, avec Schwanengesang D744 au Théâtre des Bouffes du Nord du 28 au 30 novembre et avec Le Sacre du Printemps à la Grande halle de la Villette du 10 au 14 décembre.

 

La critique : 

 

L'énigme Castellucci racontée par Jean-Louis Perrier

L’un des plus passionnants et dérangeants metteurs en scène actuels. Dans son ouvrage, Jean-Louis Perrier revisite ses « années Castellucci » à travers un regroupement d’articles de sa plume et d’interviews parus entre 1997 et aujourd’hui dans Le Monde ou d’autres revues. Il retrace le parcours et dessine le portrait d’un artiste incontournable de la scène internationale qui ne cesse de casser radicalement toute idée préconçue du théâtre et de sa représentation pour saisir et révéler l’irreprésentable dans une forme de spectacle visuel, cérébral et sensible dont il est l’auteur complet, le créateur total.

Christophe Candoni - Toute la Culture, 04 novembre 2014 

 

 

Comme un oubli qui revient en mémoire...

Dans Ces années Castellucci, ce qui devait être oublié se raconte, avec le recul de ce qui sera à faire et refaire, car chez Castellucci, si le théâtre est un travail sur le présent, qui s’exprime dans le langage du présage, la re-création est aussi en jeu avec ce qui a été fait et sur ce qui ce fera.

Dashiell Donello - Les Dits du Théâtre/Médiapart, 04 novembre 2014

 

« Notre travail n’est pas consolateur. Il n’est ni pour les intellectuels, ni contre eux. Il se fonde sur les éléments du théâtre pour être émotionnel avant d’être culturel » R. C.

Pour ceux qui ne connaissent pas le travail de la Socìetas Raffaello Sanzio sur le bout des doigts, ces pages sont une mine d’or ; autant d’indices, de petits cailloux blancs qui éclaireront le chemin du spectateur face à un artiste qui aspire à mettre en scène l’irreprésentable.

Camille Hazard - Un Fauteuil pour l'Orhestre, 1 novembre 2014

 

 

15,50 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-432-4
  • Date de parution : 16-10-2014
  • Nombre de pages : 208 pages
  • Collection : Du Désavantage du vent