Le Critique (si je savais chanter, je serais sauvé(e)) (suivi de) Le Songe de Guenièvre

Juan Mayorga

Texte original en espagnol traduit par Yves Lebeau

Le Critique (si je savais chanter, je serais sauvé(e)) (suivi de) Le Songe de Guenièvre

Le Critique

Si nous pouvions bannir de la vie tout ce qui nous semble faux au théâtre‚ si nous pouvions bannir de la vie tout ce que nous n’aimons pas au théâtre‚ que resterait-il ? Nous ne demanderons jamais à la vie ce que nous exigeons du théâtre. Au théâtre‚ nous demandons la vérité‚ toute la vérité.

 

Au soir d’une première triomphale‚ l’auteur dramatique Scarpa vient demander des comptes à son critique Volodia. Loin des feux de la rampe s’engage un duel féroce‚ qui voit se confronter deux hommes au sommet de leur art‚ deux visions du théâtre‚ de l’écriture et finalement‚ de la vie.


Le Songe de Guenièvre

Le Président s’apprête à défiler, dans sa décapotable, sa femme à son côté.

Jour de triomphe politique.

Le matin — réception à l’hôtel de ville —, un Homme (richissime armateur dont la flotte mouille dans le port), se fait présenter au Président. Incivilité (on dit cet Homme grossier, capable de tout acheter avec son argent) : il dévore des yeux la Femme du Président. Celle-ci se lance à sa recherche, le rejoint dans son repère (un hangar envahi de cartons : lieu unique de l’acte théâtral). Elle vient lui demander raison de son audace, fascinée déjà. Elle est l’héroïne, l’Homme se tait. Elle seule parlera.

 

Aide(s) à la publication

Aide du Centre régional du livre de Franche-Comté et de la

13,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-395-2
  • Date de parution : 14-11-2013
  • Nombre de pages : 96 pages
  • Collection : Mousson d'été