La Chanson de Roland (La bataille de Roncevaux)

Marc Goldberg, Jean Lambert-wild

La Chanson de Roland (La bataille de Roncevaux)

Version de Marc Goldberg & Jean Lambert-wild

 

Cette nouvelle version a pour ambition de redonner vie et voix à La Chanson de Roland, autrement dit en proposer une version fidèle à l’esprit des jongleurs, qui jouaient, chantaient, poétisaient, réinventaient sans cesse leurs chansons de geste. Car il faut toujours le rappeler : même si seuls demeurent aujourd’hui des manuscrits, les troubadours n’avaient pas pour but premier de produire des textes (la plupart d’entre eux, d’ailleurs, sont restés anonymes), mais des spectacles. C’est donc en amoureux du théâtre que nous avons abordé le Manuscrit d’Oxford, la plus ancienne version disponible de l’épopée rolandienne. Nous en avons scrupuleusement respecté les décasyllabes asymétriques et les rimes assonancées, parce que cette versification confère à l’œuvre un rythme, une dynamique, une identité formelle dont le bateleur peut faire son miel. À l’intérieur de ce cadre formel, nous nous sommes ensuite permis la plus grande licence poétique : chacun de nos vers correspond à celui du texte médiéval, mais aux idéaux d’une fidélité littérale ou académique, nous avons substitué celui d’éveiller chez nos contemporains une expérience équivalente à celle que les jongleurs provoquaient en leur temps. C’est ainsi que nous avons repris chaque vers de l’ancien français, puis laissé grandir en nous les images et les émotions qu’il éveillait, avant de les exprimer dans notre langue, avec nos mots, pour nos contemporains.

Personnages  : 2 (homme ou femme)

 

Marc Golberg : Philosophe de formation, il fait ses premiers pas au théâtre dans la Compagnie des Théâtrophages. La troupe monte sa première pièce, Les Rendez-vous, dans une mise en scène de Fabrice de la Patellière et Alexandre de la Patellière. Il travaille ensuite cinq ans sur les marchés financiers avant de revenir au théâtre et créer sa compagnie Le Dive Théâtre. Il traduit, adapte ou écrit des textes puis la plupart du temps les met en scène, tout en enseignant en France et à Singapour et en jouant régulièrement pour le cinéma et la télévision. En 2013, il s’installe à Singapour et poursuit son travail là-bas, tout en collaborant régulièrement en France avec Jean Lambert-wild.

 

Jean Lambert-wild : Dramaturge, scénographe et acteur, il est formé à la mise en scène auprès de Michel Dubois, Jean-Yves Lazennec, de Philippe Goyard et Matthias Langhoff. Il a été scénographe pour Jean-Paul Wenzel, Philippe Goyard et Lorenzo Malaguerra. Il a joué avec le Groupe 3, la compagnie L’Écharpe rouge, Matthias Langhoff, Marcel Bozonnet, ainsi que Lorenzo Malaguerra. Il écrit et met en scène Grande Lessive de Printemps qui marque le début d’une autobiographie fantasmée qui irrigue son travail pour la scène dans le corpus de l’Ecmnésie, et des Calentures. Il est également directeur de la Comédie de Caen, CDN de Normandie puis du Théâtre de l’Union, centre dramatique national du Limousin, et de L’Académie, École nationale supérieure de théâtre du Limousin.

 

En scène :

Ce texte est créé du 2 au 6 novembre 2020 au Théâtre de l’Union – centre drama que national du Limousin dans une mise en scène mise en scène de Jean Lambert-wild, Lorenzo Malaguerra et Marc Goldberg. Il sera repris à Paris en 2021 les 7 et 8 janvier au Théâtre du Crochetan, du 8 au 10 avril à la Scène nationale 61 et du 13 au 21 avril au Théâtre de la Tempête à Paris.

13,00 € TTC