Via Lucis

Angélica Liddell

Texte original en espagnol traduit par Christilla Vasserot

Via Lucis

Angélica Liddell avance, dans ce livre, sur son propre chemin de lumière (Via Lucis). Une lecture composée de matériaux divers mais d’une seule et même nature poétique (poèmes, textes de théâtre, fragments de journal intime et autoportraits photographiques) qui dévoile en partie l’intimité de leur auteur à présent plongé dans « le temps du sacré ».

 

Selon les propres mots de Liddell : « Je cherche le triomphe de l’esprit sur la chair, quand la chair a subi toutes les déceptions possibles, Dieu et l’Être Aimé se confondent, et la Passion est aussi forte que la foi, la faim et la peste ».

 

Le sacré est le grand défi lancé à la raison, le défi dans lequel réside, selon Blake, l’Énergie Primordiale, la véritable transgression de la loi. La sacralisation de l’être aimé est ce qui occupe principalement les mystiques. Cette distance entre la vie poétique et la vie calculée au quotidien, c’est ça qui est MYSTIQUE. « Tout est saint » dit Pasolini. La mystique vient de l’exil que l’amoureux s’impose, à huis clos, avec pour conséquence une émancipation de toutes les représentations de la vie humaine ordonnée. Ce livre répond à cette émancipation, à cette liberté d’une âme captive. Pour Baudelaire, l’amour se confond avec la religion, et son culte a besoin de temples et d’autels, de sacrifice et de sang. « L’Espagne met dans la religion la férocité naturelle de l’amour » écrit le poète dans son journal intime. L’amour est le MAL désiré car il permet l’apparition des émotions (la prise de conscience de la vie), qui suppose en même temps la destruction de l’homme. Et l’harmonie est rétablie dans la mort.

 Angélica Liddell

 

Texte bilingue (espagnol-français)

 

Sommaire :

- Autoportraits (50 photographies de et par Angélica Liddell)

- Tout est saint

- Mes yeux blancs comme ton sperme

- Via Lucis

- Première épître de Saint-Paul aux corinthiens - "Cantate BWV4, Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles !"

- Troisième offrande. Lausanne. L’histoire occulte de ta vie (est celle qui existe à l’intérieur de moi)

- Ce n’est jamais la mort

 

 

Angélica Liddell fonde à Madrid en 1993 la compagnie Atra Bilis. Une expression latine que la médecine antique utilisait pour qualifier l’humeur épaisse et noire qu’elle pensait être la cause de la mélancolie. Un nom comme un programme décliné dans une vingtaine de pièces écrites par cette artiste, auteure, metteuse en scène et interprète de ses propres créations. Ses mots, d’une poésie crue et violente, sont ceux de la souffrance intime et collective, l’une et l’autre étant indissociables chez Angélica Liddell.

Et parce qu’elle affirme ne pas se considérer comme un écrivain, ou parce que les mots ne sont pas toujours à la hauteur de l’horreur, la scène est le lieu idéal pour lui donner corps. Dans ses spectacles, Angélica Liddell constate la noirceur du monde, assume la douleur de l’autre et transforme l’horreur pour faire de l’acte théâtral un geste de survie.

 

La critique :

 

Un livre où l’amour s’offre en guise d’antidote

Via Lucis est pour ceux qui n’ont pas peur de boire le poison de la beauté, d’être autopsié de leur vivant par un long poème ; où l’amour s’offre en guise d’antidote.

Dashiell Donello - Médiapart, Les Dits du Théâtre, 25 novembre 2015

 

« Images pieuses »

Cette parution consacre à la fois l’écriture littéraire et photographique d’Angélica Liddell dans une version espagnole suivie d’une version française des textes, au centre de laquelle prend place une série d’autoportraits en couleurs (cinquante clichés)...

Marie du Crest - La Cause Littéraire, 30 novembre 2015

 

Transgresser les lois de l’amour par la poésie !

Via Lucis éclaire les chemins parfois ténébreux qu’Angélica Liddell parcourt dans son dernier ouvrage où l’amour constitue une représentation archétypale du phallus dans laquelle, l’esprit tourmenté de l’auteur, s’abandonne au plaisir féroce et jouissif de la soumission à l’autre...

Bruno Deslot - Théâtre-Actu, 13 décembre 2015

 

25,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-465-2
  • Date de parution : 04-11-2015
  • Nombre de pages : 172 pages
  • Collection : Mémoire[s]