L'Usine

Magnus Dahlström

Texte original en suédois traduit par Terje Sinding

L'Usine

... Ne jamais tourner le dos à la machine, si ça se passe mal... Ne jamais tourner le dos, si ça dérape... Les copeaux qui pleuvent, les copeaux d’acier, les copeaux de polissage... Puis la plaque devient de la ferraille, et on la refond. Elle a une forme donnée, puis elle en a une autre, puis une autre encore. Puis elle fond jusqu’à n’être plus rien, rien qu’une soupe incandescente. Une soupe noire et incandescente. Qu’est-ce que j’ai fait comme erreur ? Ça coûte cher. Ils portent un homme gravement brûlé à travers l’usine, qui a fait une erreur ? C’était moi ? La mort dans les doigts... Mais ce n’est pas moi qui suis là, c’est quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui petit à petit me chasse de mon propre corps, quelqu’un qui s’empare de ma vie.

Aide(s) à la publication

Coédition : Théâtre National de Bretagne - Rennes

10,00 € TTC

Cet article est indisponible

  • ISBN : 978-2-84681-042-5
  • Date de parution : 01-09-2002
  • Nombre de pages : 96 pages
  • Collection : Mousson d'été