Maman et moi et les hommes

A.I.S. Lygre

Texte original en norvégien traduit par Terje Sinding

Maman et moi et les hommes

Liv. – Je me disais que j’irais bien faire un tour jusqu’en haut de la colline.
Peut-être que je trouverai un arbre ? Un sapin de Noël ?
Gudrun. – Tu sais bien qu’on fait ça tous les ans à l’avant-veille de Noël.
Des choses comme ça, tu les répétais sans arrêt. Ta maniaquerie.
Ça n’a rien d’étonnant si je suis névrosée.
Liv. – Névrosée. C’est un mot compliqué.
Gudrun. – Parce qu’on n’a même plus le droit d’employer des mots compliqués, maintenant !
Liv. – Je suis désolée de ne pas avoir été...
De ne pas avoir été là pour toi.
Pour tout ce que je n’ai pas fait.
Pendant toutes ces années.
Gudrun. – Vraiment ?
Liv. – Oui.
Mais je n’aurais pas employé des mots aussi forts.
Tout ça, ce sont tes fantasmes. (...)

Aide(s) à la publication

Ouvrage publié avec l'aide du Centre National du LivreTexte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez

10,00 € TTC

Cet article est indisponible

  • ISBN : 978-2-912464-70-5
  • Date de parution : 01-08-2000
  • Nombre de pages : 128 pages
  • Collection : Mousson d'été