Finir en beauté (Pièce en un acte de décès)

Mohamed El Khatib

Finir en beauté (Pièce en un acte de décès)

Ce texte a obtenu le Grand Prix de littérature dramatique 2016

et a été sélectionné pour le Prix Sony Labou tansi des lycéens 2017

 

J’ai réuni l’ensemble du « matériau-vie » à ma disposition entre mai 2010 et août 2013. Je n’ai pas toujours demandé les autorisations utiles. Je ne me suis pas posé la question de la limite, de la décence, de la pudeur. J’ai rassemblé ce que j’ai pu et j’ai reconstruit. Tout est allé très vite et sans préméditation. Cette fiction documentaire est restituée ici arbitrairement sous la forme d’un livre, de façon chronologique, à peu près linéaire. Il n’y a aucun suspense, à la fin on sait qu’elle meurt et que son fils est très très triste. On sait également que si c’était à refaire, j’agirais sans doute différemment. J’aurais été un fils irréprochable. Les parents se demandent toujours s’ils ont été de bons parents. Mais nous, est-ce qu’on a été de bons enfants ? On a été des enfants au niveau, nous ? On a été des enfants olympiques, nous ?


Mohamed El Khatib, auteur et metteur en scène, s’astreint à confronter le théâtre à d’autres médiums (cinéma, installations, journaux) et à observer le produit de ces frictions. Après des études de Lettres (Khâgne), un passage à Sciences Po, puis au CADAC (Centre d’art dramatique de Mexico) et une thèse de sociologie sur « la critique dans la presse française » (dir. Nicolas Pélissier), il cofonde à Orléans en 2006 le collectif Zirlib autour d’un postulat simple : l’esthétique n’est pas dépourvue de sens politique.

Zirlib est le fruit d’une rencontre entre auteurs, acteurs, chercheurs, danseurs, vidéastes et musiciens de formations et d’horizons divers. Ce collectif envisage la création contemporaine comme une expérience, un geste sensible/social dont la dimension esthétique la plus exigeante doit se confronter au quotidien le plus banal.

 

La critique :

Finir en beauté de Mohamed El Khatib, grand Prix de Littérature dramatique

La question de la limite, de la décence, de la pudeur n’a pas été posé par Mohamed El Khatib. De son propre aveu : « il n’y a aucun suspense, à la fin on sait qu’elle meurt et que son fils est très très triste. On sait également que si c’était à refaire, j’agirais sans doute différemment. J’aurais été un fils irréprochable. Les parents se demandent toujours s’ils ont été de bons parents. Mais nous, est-ce qu’on a été de bons enfants ? ».

Dashiell Donello p/Les Dits du Théâtre, 07 décembre 2016

 

Mise en scène de l'auteur

Création le 1er octobre 2014 à actOral - festival international des arts et des écritures contemporaines de Marseille dans une mise en scène de l’auteur.

Voir la presse du spectacle

 

"Finir en beauté" de Mohamed El Khatib / Le contexte menant à l'écriture

 

 

Mohamed El Khatib, "Finir en beauté", remise du Grand Prix 2016 

 

            

 

11,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-460-7
  • Date de parution : 14-06-2015
  • Nombre de pages : 64 pages
  • Collection : Fiction
  • Personnage(s) masculin(s) : 4
  • Personnage(s) féminin(s) : 1