Les Enivrés

Ivan Viripaev

Texte original en russe traduit par Tania Moguilevskaia, Gilles Morel

Les Enivrés

Prix Domaine étranger et prix de la Traduction des XXVe Journées de Lyon des auteurs de théâtre.


L’amour pour les spiritueux c’est le même amour que l’amour d’une mère pour son fils. Le même que l’amour d’un moine pour le Seigneur. C’est toujours ce même amour. Aimer les petits pains aux grains de pavot c’est la même chose que d’aimer son prochain. L’amour pour le sucré c’est cette même chose que l’amour pour Dieu. Aimer la viande grillée et aimer Jésus, c’est une seule et même chose, l’essentiel c’est d’aimer !

 

Quatorze personnages sont, séparément ou ensemble, parvenus à un état d’ébriété tel que chacun découvre, au fond de lui-même, des vérités essentielles insoupçonnées qui s’opposent, divergent autant qu’elles se rejoignent.

 


Mise en scène de Philippe Clément en 2016

Mise en espace le 29 novembre 2014

Dans le cadre des XXVè “Journées de Lyon des auteurs de théâtre”.

Médiathèque de Vaise (Lyon)

 


La critiique :

 

L’homme enivré aime, et c’est là l’essentiel

In vino veritas ! Les enivrés avouent ce qui est caché au fin fond de leur soûlerie. L’alcool amène les 14 personnages, que compte la pièce, à des vérités extrêmes qu’ils n’auraient jamais atteintes autrement. Les langues se délient et parlent : de l’amour d’une mère, du sucré, d’un moine, des petits pains aux pavots, de la viande grillée et de Jésus, tout ça c’est du pareil au même. L’homme enivré, sous l’emprise de l’alcool, aime et c’est là l’essentiel.

Donello Dashiell - Les Dits du Théâtre / Médiapart, 22 janvier 2015

13,00 € TTC

Ouvrage en stock

  • ISBN : 978-2-84681-438-6
  • Date de parution : 25-11-2014
  • Nombre de pages : 128 pages
  • Collection : Bleue