« Classiques contemporains » Sitographie

 

L’auteur Retour en haut

Autoportrait en une minute

Portrait une création vidéo de Jean-Luc Lagarce

Une vie complète défile devant nous. À partir de photos personnelles, Jean-Luc Lagarce relève le pari fou de dresser son autoportrait en une minute.

 

Une vidéo réalisée en coproduction avec le CICV (Centre de création vidéo de Montbéliard/Belfort) 

 

Jean-Luc Lagarce sera lauréat du festival du film court de São Paulo en 1994.

voir la page →

 
Vignette de Présentation de l’auteur sur le site de référence : lagarce.net

Présentation de l’auteur sur le site de référence : lagarce.net

Eléments biographiques, grandes étapes, chronologie... 

Sur lagarce.net vous trouverez toutes ses œuvres, toutes les mises en scène, le référencement de toute les traductions... les liens suivant vous indiquerons plus précisément quelques pages

voir la page →

 
Vignette de Les archives Lagarce à l'IMEC

Les archives Lagarce à l'IMEC

Les archives de Jean-Luc Lagarce sont déposées à l'IMEC, ses archives d'auteur mais aussi les archives de sa compagnie : "Le Théâtre de la Roulotte".

Toutes les versions de Juste la fin du monde s'y trouvent réunies.

Cote : LAG - Importance matérielle : 130 boîtes d'archives ; 20 imprimés - Bibliothèque : Bibliothèque d'étude

voir la page →

 
Vignette de L'actualité résumée

L'actualité résumée

Vous retrouverez sur cette page un résumé de l'actualité de Jean-Luc Lagarce : Évènements, mises en scène, publications, traductions...

A noter : Les informations de lagarce.net proviennent de la base de données de theatre-contemporain.net, vous retrouverez donc les mêmes informations mais dans des organisations différentes. A vous de choisir votre site de référence.

voir la page →

 

Sur le texte Retour en haut

Vignette de Publications critiques & pédagogiques

Publications critiques & pédagogiques

Vous trouverez sur cette page l'ensemble des textes critiques et pédagogiques publiés au cours des dernieres années.

 

voir la page →

 
Vignette de Première ébauche

Première ébauche

Vous trouverez sur cette page la premiere ébauche en pdf mais aussi (menu droit) des extraits des différentes versions d'écriture de la pièce (du premier synopsis à la tentatice de ré-écriture).

Ces éléments illustrerons concrètement le chapitre du livre "Retour sur l'écriture"

Extraits numérisés des archives déposées à l'IMEC

voir la page →

 
Vignette de Les corrections de l'édition 2007

Les corrections de l'édition 2007

A l'occasion de la réimpression de l'ouvrage en 2007, les éditions Les Solitaires Intempestifs ont apporté quelques modifications à la version antérieure, en vue d'un plus grand respect des intentions de l'auteur et de son œuvre, publiée post mortem.

Vous est résumé dans cette page l'ensemble des divergences entre l’édition en cours (depuis 2007) et celles qui l'ont précédée ainsi que les raisons qui ont motivé ces rectifications.

voir la page →

 
Vignette de Le sujet de l'agrégation 2012 : Section Lettres modernes

Le sujet de l'agrégation 2012 : Section Lettres modernes

« La langue commune que font entendre les personnages de Lagarce procède d’un art de la simplicité qui convie le spectateur à une autre forme d’écoute, centrée sur la saisie d’une voix plutôt que sur la compréhension d’une action. » Hélène Kuntz, Colloques Lagarce, Jean-Luc Lagarce dans le mouvement dramatique, Colloque de Paris III, Sorbonne nouvelle, Les Solitaires intempestifs, 2008, p. 27.

Vous commenterez et discuterez ces propos à partir de votre approche de Juste la fin du monde et Derniers remords avant l’oubli.

voir la page →

 
Vignette de Travaux universitaires

Travaux universitaires

SUDOC - Le catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l'enseignement supérieur et de la recherche. Il comprend plus de 10 millions de notices bibliographiques qui décrivent tous les types de documents (livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens...)

voir la page →

 

Mises en scène Retour en haut

Vignette de Toutes les mises en France

Toutes les mises en France

Sur cette page le référencement de l'ensemble des mises en scène de la pièce (24 en septembre 2012)

 

voir la page →

 
Vignette de Comédie française - Mise en scène de Michel Raskine

Comédie française - Mise en scène de Michel Raskine

La pièce est entrée au répertoire en 2008 dans une mise en scène de Michel Raskine qui reçoit le « Molière du meilleur spectacle ».

Lors de la reprise la saison suivante, le programme précise que la pièce s’impose comme « l’un des plus grands succès historiques, critiques et publics de l’écriture contemporaine ». 

voir la page →

 

Le film de Xavier Dolan Retour en haut

Vignette de L'affiche du film

L'affiche du film

L' affiche est réalisée à partir de la première scène du film

 

Un film de Xavier Dolan, présenté à en compétition officielle au Festival de Cannes 2016. Sortie en France le 21 septembre 2016

Avec

Louis : Gaspard Ulliel

La Mère : Nathalie Baye

Suzanne : Léa Seydoux

Antoine : Vincent Cassel

Catherine (femme de Antoine) : Marion Cotillard

 

 

télécharger le l'affiche →

 

Extrait 1

Louis propose d'aller visiter l'ancienne maison familiale

voir la page →

 

Extraits 2

La Mère et le fils

Nathalie Baye et Gaspard Ulliel

 

voir la page →

 

VOD Retour en haut

Vignette de Journal Video

Journal Video

Journal 1
51 mn (1992)
S’inspirant de la forme littéraire du journal, Jean-Luc Lagarce utilise la vidéo pour faire se confronter avec l’écrit, l’image et la voix, matières premières du récit au jour le jour de deux années de sa vie. 

Des extraits sont aussi disponibles

voir la page →

 
Vignette de Voyages en pays lointain

Voyages en pays lointain

Joël Jouanneau - Isabelle Marina

Cette année-là, Joël Jouanneau met en scène Juste la fin du monde. Il répète aussi Le Pays Lointain, avec de jeunes comédiens. Au gré du journal qu’il tient, il explore la force de sa relation avec l’oeuvre de Lagarce. Voyage en écriture et en théâtre.

Des extraits vidéos sont aussi disponobles - Film édité en DVD par le CNDP pour le dossier Baccalauréat Théâtre consacré à Jean-Luc Lagarce

voir la page →

 
Vignette de Version intégrale de la mise en scène de François Berreur

Version intégrale de la mise en scène de François Berreur

Rancoeurs déversées. Hervé Pierre dans son allure, son jeu, ses mimiques, fait songer un peu à un Roland Bertin jeune, qui aurait eu lui-même quelque chose de Jean-Paul Roussillon : les deux comparaisons sont en tout cas des compliments. Avec la même impeccable distance et intensité, le même humour voilé de pudeur qu'il interprète en solo Voyage à la Haye, autre pièce de Lagarce, Hervé Pierre ici affronte génitrice et fratrie en train de déverser des rancoeurs.

Mathilde Labardonnie - Libération

voir la page →

 

Traductions Retour en haut

Vignette de Extrait du prologue en espagnol [Chili]

Extrait du prologue en espagnol [Chili]

Tan sólo el fin del mundo traduit par Juan Pablo Gimeno

LOUIS. – Más tarde, el año después,
- sería mi turno de morir –
tengo cerca de treinta y cuatro años ahora y es a esa edad en que moriré,
el año después,
tantos meses ya que esperaba a no hacer nada, a engañarme, a no saber más,
tantos meses que esperaba a haber concluido,
el año después,

voir la page →

 
Vignette de Extrait du prologue en anglais [Etats-Unis]

Extrait du prologue en anglais [Etats-Unis]

Only the end of the world traduit par Lucie Tiberghien

LOUIS. – Later, the following year
- It would be my turn to die -
I am almost thirty four now and it is a that age that I will die,
the following year,
for many months already, I’d been waiting without doing anything, cheating, knowing nothing anymore,
for many months I’d been waiting to be done
the following year,
like one sometimes moves,

voir la page →

 
Vignette de Extrait du prologue en arabe [Syrie]

Extrait du prologue en arabe [Syrie]

ما قبل الكلام البرولوغ traduit par Marie Elias

لويس: - فيما بعد، في العام التالي
-كنت سأموت بدوري-
اليوم أكاد أبلغ الرابعة والثلاثين من عمري، وسأموت في هذه السن.
في العام القادم،
بعد أشهر عديدة قضيتها، في الانتظار دون أن أفعل شيئاً، بالتلاعب، والضياع،
أشهر عديدة قضيتها في انتظار نهايتي،
في العام الذي يلي،
كما لو أن الواحد منا لا يجرؤ على الحركة أحياناً،
أو بالكاد،

voir la page →

 
Vignette de Extrait du prologue en allemand

Extrait du prologue en allemand

Einfach das Ende der Wel traduction de Uli Menke

LOUIS – Später, das Jahr darauf
- war ich an der Reihe zu sterben -
ich bin fast vierunddreißig Jahre alt und in diesem Alter werde ich sterben,
das Jahr darauf,
ich wartete schon zahlreiche Monate, nichtstuend, in denen ich mich selbst
betrog, ohne noch weiter zu wissen,
zahlreiche Monate, in denen ich darauf wartete, daß es zu Ende ginge,
das Jahr darauf,

voir la page →

 
Vignette de Extrait du prologue en portugais [Portugal]

Extrait du prologue en portugais [Portugal]

Tão só o fim do mundo traduction de A. Moreira Da Silva

LUÍS – Mais tarde, no ano seguinte
- era a minha vez de morrer -
tenho quase trinta e quatro anos e foi com esta idade que morri,
no ano seguinte,
há vários meses que esperava sem fazer nada,
a disfarçar, sem saber mais nada,
há vários meses que esperava ter acabado com isto,
no ano seguinte,

voir la page →

 

Extraits videos du "Prologue" Retour en haut

Prologue : mise en scène Joël Jouanneau

Il me semblait, dès la lecture, que je devais créer "Juste la fin du monde" et faire suivre cet inédit de "J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluis vienne", que ces deux pièces constituaient deux volets d'une même fenêtre, qu'elles traversaient une même problématique : celle de la perte, l'apprentissage du deuil. Qu'elles étaient, de la part d'un auteur se sachant condamné, un stupéfiant don de lui-même à ceux qui survivent, une troublante marque d'amour. Et je pensais alors à ce propos de Claude-Louis Combet "le texte, depuis le commencement, n'avait pas été autre chose que la préparation d'un cri et sa retenue. Et tous les détours par lesquels la phrase avait suivi son cours, constituaient une manière de s'approcher du point où le cri allait éclater et une manière de se tenir à distance de ce point et de ce cri.
Le cri valait pour tout ce qu'il cachait et d'abord et surtout pour ce cri de fond d'enfance qui n'avait jamais pu être proféré puisqu'il n'y avait jamais eu d'oreille pour l'entendre."

Joël Jouanneau

voir la page →

 

...dans la mise en scène de Jean-Charles Mouveaux-Mayeur

J’ai découvert le théâtre de Jean-Luc Lagarce au début des années 2000.
Dans un premier temps, la rencontre avec cet auteur fut édifiante tant les thèmes abordés ont fait écho en moi : la famille, les amours, les amis, les difficultés de communication. Ce fut ensuite son écriture à proprement parler : cette nécessité et cette précision du langage pour mieux se connaître soi et les autres. Une écriture dans un entonnoir, des mots dans un alambic.

S’agit-il d’un voyage au fin fond d’une terre inconnue difficilement accessible ? Cela peut-être aussi une expression de l’impossible : « Si je fais ça, ce sera la fin du monde ! », ou s’agit-il alors de la fin de son monde, son univers, son environnement, sa famille ? Cette dernière possibilité pourrait paraître la plus sûre, mais un problème se pose...
En effet, le théâtre de Jean-Luc Lagarce relève pour moi bien plus de l’improbable : improbabilité du déroulement de l’action, du contexte (aucune indication dans le texte), des personnages qui nous donnent l’impression d’être continuellement en errance ou perdus au sens le plus littéral du terme, perdus dans leur solitude.

Jean-Charles Mouveaux

voir la page →

 

...dans la mise en scène de Cédric Revollon

Quand j’ai lu le texte de Jean-Luc Lagarce, j’ai vu le visage de mes frangines, leurs sourires de gamines édentées, ma mère avec ce regard si changeant entre passé/présent et mon père avec sa barbe de baroudeur, de Robinson, d’aventurier toujours absent… et moi enfant, et désormais adulte. J’ai été saisi par la vérité des propos, la justesse et la précision des répliques qu’on décoche comme des flèches et qui vont droit au but, sans compromis sans alternatives, avec honnêteté. J’ai été touché par la mesure et l’ampleur des personnages, par la sincérité d’un auteur à bout de souffle qui continue à hurler..
Ces souvenirs, sentiments et ressentiments ont gonflé la voile et poussé le navire, il fallait aller de l’avant et donner vie à ces personnages. Et comme elle me le disait lorsque j’étais enfant, j’ai entendu ma mère me susurrer dans le creux de l’oreille : « qu’il fallait partager !

Cédric Revollon

voir la page →

 

...dans la mise en scène de François Berreur

c’est l’histoire d’un monde de théâtre, l’histoire d’un homme qui se rêve Prospéro mais qui n’a simplement pas le pouvoir de modifier les êtres. Il peut tout changer autour, faire voler les décors et décider d’éteindre la lumière et décider qu’ils sont là et l’instant d’après qu’ils ne le sont plus, mais le cœur des êtres il ne le changera pas et la souffrance de chacun il ne peut la guérir, il ne peut qu’accepter, s’accepter soi et les autres. N’y aurait-il que la tricherie comme ultime vérité ? Le mensonge du théâtre comme lieu de la plus sincère confession ?

En revenant au pays, un roi si longtemps absent, découvre que la succession est déjà prévue, on n’attend plus que la mort pour introniser le successeur, déjà l’histoire suit son cours et la vie continue. Et lui qui voulait voir et conquérir le monde va découvrir, peut-être, que les petites histoires des hommes sont aussi nos grandes histoires à tous.

François Berreur

voir la page →

 

...dans la mise en scène de Gilles Lefeuvre Kirally

 La cellule familiale est un théâtre en soi, où chacun se voit distribuer un rôle. Sous la plume de Lagarce, le clan se détraque, on se tire dessus à boulets rouges, on rejoue le ballet tragique des drames antiques avec une fantaisie créatrice toute contemporaine. Où l’on assiste au retour au foyer d’un fils venu annoncer sa mort prochaine à une famille qu’il a reniée : une mère laissée pour compte, une belle-fille en arbitre de la crise, une cadette fantasmant un aîné glorieux et sauveur, un benjamin rancunier endossant malgré lui la lourde tutelle masculine et paternelle... Chacun jouera sa partition dans cette "chronique d’une mort annoncée", celle du fils, mais aussi celle du lien filial.

Gilles Lefeuvre Kirally

voir la page →

 

...dans la mise en scène de Michel Raskine

La famille nous constitue. On n’y échappe pas. On y est comme « condamné. » Est-ce le sort qui nous la donne, est-ce que nous nous la fabriquons ? La connivence est alors réelle, absolue, entre ces personnages et nous tous, puisque nous avons tous une famille. Au pire, nous en avons tous eu une. La famille est une entité non statique, un groupe en perpétuelle évolution. Aucune famille ne peut être tranquille. Toutes les familles sont des volcans. Les noyaux familiaux les plus harmonieux et les plus soudés traversent des épreuves, des crispations, des douleurs, des silences, des non-dits, des secrets, des tensions, des conflits, des drames, et des deuils… Dans la pièce Le Pays lointain, dontJuste la fin du monde est la matrice originelle, apparaît l’autre famille, celle inventée par Louis, sa famille d’adoption. Toutes les familles connaissent les variations qui vont du rejet à la réconciliation. L’abandon et le retour sont les deux thèmes primordiaux de l’œuvre de Lagarce. En cela, Juste la fin du monde est bien « une pièce qui fait du chagrin ». Elle bouscule, bouleverse, elle atteint. Jean-Luc Lagarce nous livre la complexité formidable des rapports humains, et nous laisse sans réponse. Ce théâtre-là sollicite notre intelligence et notre émotion de la même manière.

Michel Raskine

voir la page →

 

Vidéos Retour en haut

Vignette de Toutes les vidéos

Toutes les vidéos

Vous trouverez sur cette page toutes les vidéos concernant l'œuvre de Jean-Luc Lagarce (extraits de mise en scène et entretiens)

Vous pouvez les intégrer dans vos sites ou blog en copiant le code qui se trouve dans "ajouter à votre site".

 

voir la page →

 

Documents pédagogiques Retour en haut

Vignette de 2 dossiers Pièce (dé)montées

2 dossiers Pièce (dé)montées

Vous trouverez sur cette page autour de trois spectacles des informations complètes sur les mises en scène, le texte et l'auteur.

Vous pourrez aussi télécharger 2 dossiers Pièce (dé)montées à propos de la mise en scène de Michel Raskine et de François Berreur

voir la page →

 
Vignette de [EAF] Entrainement à l'épreuve anticipée de français - Sujet 1 l Écrit

[EAF] Entrainement à l'épreuve anticipée de français - Sujet 1 l Écrit

Baccalauréat Séries générales - Epreuve Anticipée de Français - Ecrit

Le corpus de textes ci-après peut compléter utilement la séquence didactique sur Juste la fin du monde, proposée dans Lire un classique du XXème siècle : Jean-Luc Lagarce, chapitre 9.4 p. 160-161, Ed. Les Solitaires intempestifs, 2007.

Objet d’étude, le théâtre : texte et représentation. Etude d’une œuvre intégrale.

télécharger le PDF →

 
Vignette de [EAF] Entrainement à l'épreuve anticipée de français - Sujet 2 l Oral

[EAF] Entrainement à l'épreuve anticipée de français - Sujet 2 l Oral

Baccalauréat Séries générales Epreuve Anticipée de Français - Oral

 GROUPEMENT DE TEXTES COMPLEMENTAIRES à l’étude intégrale de Juste la fin du monde.

Perspective dominante : Confronter l’écriture de Juste la fin du monde à d’autres œuvres du répertoire ; amener les élèves à s’interroger sur la problématique définie en classe ; comment les registres tragique et comique (réinvestissement de la classe de seconde) sont utilisés ; comparer des extraits d’œuvres à différentes périodes de l’histoire du théâtre.

Problématique : En quoi l’irruption du tragique modifie-t-elle les relations au sein de la sphère familiale ?

télécharger le pdf →

 
Vignette de Analyse du texte et de sa représentation

Analyse du texte et de sa représentation

Ce dossier entend partager une pratique de lecture et de cours très concrète de la pièce Juste la fin du monde, menée entre 2005 et 2008 au lycée Victor Hugo à Besançon en 1ère électronique et en classe littéraire. Il vise à familiariser les élèves avec une écriture représentative du théâtre contemporain.

Réalisé par Sylvie Cain-Roullier, professeur de lettres et Lucie Bouvier,professeur documentaliste.

télécharger le pdf →

 
Vignette de Analyse comparative & Pistes pédagogiques des extraits vidéos du Prologue

Analyse comparative & Pistes pédagogiques des extraits vidéos du Prologue

Vous trouverez dans ce document des pistes d'analyse comparative des différents traitements dramaturgiques du prologue suivi par des questionnements pédagogiques avec les élèves à partir des observations formulées.

télécharger le pdf →

 

DVD Retour en haut

Vignette de DVD disponibles

DVD disponibles

Vous trouverez sur cette page les références des DVD disponibles de et sur Jean-Luc Lagarce

- Journal vidéo de Jean-Luc Lagarce

- Voyage en pays lointain film documentaire de Isabelle MArina et Joeël Jouanneau

- La Cantatriice chauve (2 DVD) de Ionesco dans la mise en scène de Jean-Luc Lagarce

voir la page →

 

Vos contributions Retour en haut

Vignette de Vous souhaitez contribuer à l’enrichissement de cette page ?

Vous souhaitez contribuer à l’enrichissement de cette page ?

merci de nous adresser un courriel à Eulalie - mail > (Commandes & diffusion)

En précisant le titre du lien, la description (500 caractères maximum, espace compris) et l'URL (http://...) ou  nous joindre un fichier pdf.

 

voir la page →

 
Vignette de Page Facebook

Page Facebook

Cette page est à votre dispoition pour échanger. Partager vos intiatives, vos conseils, vos questionnements...

voir la page →